Le secret du golf: «Je peux le faire!»

image description
Nous l'avons tous déjà ressenti une fois ce sentiment bref durant lequel nous avons pensé avoir trouvé le secret du golf, la sensation parfaite du mouvement. Et nous nous sommes dits: «Maintenant, je peux le faire!»

Nous jouons la balle avec légèreté, sans énergie superflue. Un «flow» nous porte sur le parcours et nous avons l'impression que nous ne perdrons jamais cet élan. Nous aimerions que cette partie de golf ne se termine jamais, tout en étant conscients que ce sentiment peut disparaître à tout moment. Que faire pour le conserver ou en tout cas pour le faire durer le plus longtemps possible?
Si je pouvais répondre exactement à cette question, je serais partenaire de flight de Rory McIlroy et de Jordan Spieth. C’est une association de l'esprit, du corps et des émotions qu'on ressent lorsqu’on se libère du quotidien, qu’on relâche le swing et qu’on se laisse porter par le courant. Mais comme nous nous obstinons en général à vouloir ressentir «de force» cet état, nous l'atteignons rarement. 

Lâcher prise
Bob Rotella le dit dans son livre sur la psychologie du golf: lâchez prise pour vous retrouver! Ce qui, je le reconnais, est plus facile à dire qu'à faire. C'est vrai pour les pros, et encore plus pour les golfeurs du dimanche, qui essaient surtout de ne pas commettre de faute. Et c'est là le point central. Vous aussi, essayez-vous de ne pas commettre de faute ou êtes-vous prêt à prendre des risques? A créer quelque de spécial qui vous rapprochera de la certitude que vous «pouvez le faire»?
C’est la vitesse de la tête de club qui permet de réaliser un magnifique coup de golf. Mais c'est impossible si l'on contrôle son swing et les mouvements de son corps de façon consciente. Peut-être ne le croirez-vous pas, mais le swing suit naturellement les mouvements du corps et obéit aux lois de la force centrifuge et de la gravitation.
Et pourtant, le golfeur lutte de toutes se forces pour garder le contrôle total.  Résultat: des «chicken wings» et des coups tout sauf parfaits. Permettez à votre corps de bouger un peu; laissez vos bras se balancer; soyez conscients du poids qui accompagne le mouvement du swing d'arrière en avant. Et autorisez vos mains et vos poignets à donner à la balle un coup puissant, un peu démodé.
 
L’exemple du moustique
Faites les choses simplement! Vous n'avez pas besoin d'une check-list sans fin. Si vos pensées au moment du swing sont trop compliquées, le résultat sera décevant. Si vous voulez tuer un moustique qui vous dérange pendant la nuit, comment faites-vous? Vous essayez de l'observer, prêt et concentré, et  lorsqu'il passera devant vous, l’insecte n'aura aucune chance d'y échapper. La coordination yeux-mains et la position du coude sont instinctivement correctes.
C’est toujours après avoir regardé un tournoi à la télévision que je joue mon meilleur golf. Je m'imprègne des mouvements, des beaux swings, du rythme. Je les enregistre dans ma tête et les transpose sur mon propre jeu. Les explications des commentateurs ne m'intéressent pas. Je ne fais qu’observer et copier, comme le font les enfants. Ceux-ci apprennent vite et ne se perdent pas dans des nuances techniques. Ils ne s'arrêtent pas aux mauvais coups mais sont contents d’en jouer de bons. Fêtez les moments spéciaux et conservez les souvenirs positifs. C'est la voie la plus simple pour retrouver un sentiment positif.

L’exemple du ski
La plupart d’entre nous sont de plus ou moins bons skieurs. Réfléchissez un peu à ce qu'il faut faire pour dévaler une pente. Que faites-vous avec vos skis? Est-il compliqué de bien skier? N’est-il pas plus simple de laisser aller les skis et suivre le «flow» qui vous conduira en-bas de la pente?
Ou la danse! Quand vous dansez, essayez-vous de garder le contrôle ou vous laissez-vous porter par la musique? Autrement dit: dansez-vous ou comptez-vous les pas?
Nous avons tous déjà ressenti ce sentiment particulier, que nous aimerions revivre et surtout conserver en nous. Mais comment faire? Il nous est déjà arrivé de prendre des notes, des photos et des vidéos sur la journée parfaite, seulement pour constater qu'elle ne pouvait pas se répéter. Notre corps peut ressentir les mêmes sensations, mas nos pensées et nos émotions sont ailleurs. Et les résultats sont mauvais. C’est pourquoi courir après les sensations n'aide pas. Au contraire! Mais si vous éprouvez du plaisir à jouer au golf, c’est que vous faites quand même quelque chose de correct. Alors continuez et soyez patient. Quand ce sentiment particulier reviendra, vous serez prêt à comprendre ce qu’il a déclenché.

La musique peut aider
La musique peut être d'une grande aide! Ecouter de la musique pendant l’entraînement ou le jeu peut vous aider à décrocher et laisser les rêves et les sensations prendre la relève. Grâce à la musique vos pensées dérivent, le rythme aide votre corps à bouger, sans pilotage conscient. Vous serez étonné du résultat. Le temps s'envole pendant que vous écoutez de la musique, vous vous entraînez mieux et plus longtemps. La musique vous emporte dans des mondes où la technique du mouvement n'existe pas.
Bien jouer au golf, c'est une sensation, ce ne sont pas des résultats, des chiffres ou un processus contrôlable. C'est quelque chose qui vous arrive quand vous vous y attendez le moins, et qui s'en va en laissant des souvenirs heureux et l'espoir de rejouer un jour une partie de golf de rêve. Ne croyez pas que c'était de la chance. C'est vous qui avez réalisé ces magnifiques coups de golf et cela prouve votre potentiel et à quel niveau vous êtes capable de jouer au golf. Arrêtez simplement d'être trop ambitieux et de vouloir tout contrôler. Le golf, c’est un jeu – pas du travail! 

www.marcusknight.ch