L’année canon de Jon Rahm

Il est devenu père pour la première fois, il a été le premier Espagnol à gagner l’US Open et il est actuellement le numéro 1 mondial: Jon Rahm, Basque d’origine avec des racines suisses, a accompli la meilleure année de sa carrière en 2021.

A Valderrama précisément. A l’endroit où les parents de Jon Rahm avaient découvert naguère la passion du golf grâce à la Ryder Cup, l’Espagnol n’a pas réussi à faire le bonheur de ses fans. Avec dix coups au-dessus du par, le numéro 1 mondial a très nettement manqué le cut. «Je suis vidé mentalement. Ce sont surtout toutes ces histoires liées au Covid qui m’ont épuisé», a dit Jon Rahm après son élimination précoce, annonçant qu’il s’accorde une pause d’un mois au moins jusqu’à son anniversaire le 7 novembre.

Jon Rahm, un gaillard au physique trapu, était déjà habitué aux interruptions imprévues cette saison. Début juin, alors qu’il défendait le titre au Memorial Tournament, il a mené avec six coups d’avance. Puis, coup de tonnerre, en raison d'un test Covid positif, il a dû se retirer avant la finale. Un deuxième test positif en juillet a empêché Jon Rahm de participer aux Jeux olympiques de Tokyo. Mais un bagarreur de cette trempe ne se laisse pas abattre par des revers. Deux semaines seulement après son forfait au Memorial Tournament, il a exaucé un rêve d’enfance en remportant l'US Open pour la première fois. «C'est assez surréaliste quand on pense à la rapidité avec laquelle tout s'est passé», a résumé l'Espagnol après son premier titre majeur. Aucun joueur de son pays n'a jamais gagné l'US Open auparavant, ni Severiano Ballesteros, ni José Maria Olazábal, ni Sergio García. Et en juillet 2020 déjà, le Basque est devenu le deuxième Espagnol après le légendaire Ballesteros à prendre la tête du classement mondial. Cette première phase n'a duré que peu de temps, mais depuis le mois de juillet 2021, il s'est établi comme numéro 1 mondial, devant Collin Morikawa et cinq autres Américains. Plus